> Accueil > Récits des courses > Pour ce 4ème raid du Golfe le tee-shirt s'est fait désiré

Pour ce 4ème raid du Golfe le tee-shirt s'est fait désiré

Posté par Lamanere le 29/6/2010 23:45:12

Un récit qui n’aura pas beaucoup de mérite soyez en sur mais que de belles rencontres on peut en être certain ! 

Donc vendredi après midi, après avoir quitté ma formation situé sur le haut de Vannes je décide de rejoindre le port à pieds pour y retrouver deux compères un peu barge qui se lancent sur le 177km. 
Barge oui car au rythme ou ils enchaînent les courses et vu le temps faut être un peu SM…..mais on adore tous ça !!! 

Après 15 bonne minutes de marche (30 d’après le net) j’arrive au voyage du raid on je retrouve les pcapiens et je vous laisse deviner ou on les retrouve……….à la buvette. 
On discute un petit peu mais je ne peux rester car à 18H30 je dois être à une remise de trophée des associations et j’en fais partis. 
Je serais récompensée avec mon coach et s’en suit un petit cocktail ou je prendrais juste un jus au départ mais comme le sportif prend exemple sur le coach j’enchaînerais avec un Kir Breton et cette soirée se clôtura à 21h pour finir chez des amis avec un couché à 1h. 

Le lendemain je prépare mes affaires ; ok j’aurais pus le faire avant, d’ailleurs en règle général c’est toujours avant le jour J mais la je ne suis pas plus pressée que ça et je n’ai pas ce petit truc d’avant course, un mélange d’excitation et de gagne. 
Non je fais juste mes sacs tranquillement et on part pour Vannes ou je dois passer au contrôle sac pour récupérer mon dossard dans un salle « SONA » et laisser mon sac de change sur place.
Je papote à droite à gauche en attendant mon tour….que de coureurs et coureuses que je connais à force. 

Et puis on retourne à la maison le temps de manger et de me mettre en tenue il est l’heure de rejoindre Locmariaquer ou j’arriverais à 14h30………j’ai largement eux le temps de me reposer et de trouver une place à l’ombre sachant que le départ était à 17h. 

Les navettes arrivent je croise des gens du club, des autres que j’ai rencontré sur trail ou ultra et trouve enfin mon compagnon de route. 
On avait décidé de faire si possible le raid ensemble à 10km/h…..c’est largement faisable……..quand l’envie est là ! 

A 16h57 le départ est donné sous 34°C par change j’ai une bouteille d’eau je me trempe de la tête aux pieds mais vite fait bien fait je sèche. 
On marchera pendant un moment à cause du chemin étroit, 10’ pour faire 1km…je rage surtout quand je vois des marcheurs qui se mettent devant et bloquent tout. GRRR pas bon je suis énervée. 

Les kilomètres défilés sous le soleil de blond, des particuliers ont mis à notre disposition des sceaux d’eau..COOL ! 
Je double une nana d’une club adverse que je bas à l’aise sur trail ou route mais je ne sais pas pourquoi je sens rapidement en moi un doute sur ma position de devant vis à vis d’elle. 
Mon compagnon de route me demande si ça va ; je lui dis que oui mais au fond de moi pas du tout puisqu’au bout de 33’ de course je trouve le temps long et à 1H30 j’ai l’impression d’avoir courus des heures, s’enchaîne ensuite un début de crise d’asthme de l’effort mais OUF au bout de 2h le ravitaillent ou le doc de mon club y est et me donne à boire une ampoule qui a le même effet que la ventoline (en tout cas c’est d**********) 
Des coureurs et coureuses du coin venus en visiteurs m’encourage mais c’est physiquement dur. 
En plus les jambes sont coupés et la s’enchaîne la dur réalité. 
Je délaisse mon compagnon pour qu’il puisse faire SA course. 

Je ralentis, marche, je ne suis pas bien physiquement (le temps que la ventoline fasse effet) la nana qui fera 1er du raid me double et se retourne en souriant ( est gentil ou pas ? perso je souffre et j’ai plus envie de la tuer sur le coup car je le prend mal surtout quand je vois qu’elle est fumeuse et moi je galère déjà sans clope enfin….) 

Le moral est au plus bas quand j’arrive au Bono (c’est à dire peu de kilomètre) 
Je pense à abandonner car franchement je ne vais pas bien, je n’ai jamais vécu ça avant, je ne la sentais pas cette course, même mon coach m’avait demandé si j’étais sur de la faire après avoir fait une pause de 12jours dans l’entraînement car j’avais un ras le bol des entraînements long et lent. 
Mas j’ai persisté à la faire donc je prend un peu sur moi et quand je croise Jacky, Yael et Franck qui me boost je repart pour aux qui me suivent, pour éviter de décevoir les enfants et aussi pour le club et le boulot de mon coach. 

A chaque pointage et quand ravitaillement je veux laisser tomber mais je croise des gens bien, notamment Jennifer avec qui je ferais un bout de route/chemin. Et puis mon compagnon MP3 est là. 
Par contre au bout de 4h de courses les genoux ont commencés à me faire mal et ceci de plus en plus mal au point ou j’ai comparé la douleur à mes accouchements et sur le coup j’aurais préféré accouché que de supporter cette douleur atroce multiplié par deux qui descendais peu à peu aux chevilles. 

Et puis en pleine nuit me voilà arriver sur mon terrain d’entraînement (moulin de pomper-Arradon) et j’ai eux des ailes, pourtant c’est un passage assé dur, mais je devais être à 12km/h et comme ça pendant un moment avant de retrouver Jennifer et mon coup de mou. 

J’avoue que les kilomètres et les heures me paraissent interminable jusqu’au lev du jour ou je marche moins vite que ma fille de 3 ans. La je me rend compte que ça ne va pas du tout du tout. 

J’arrive sur Conleau et enfin je vois le bout du tunnel même si j’ai un doute quand je vois des coureurs sur l’autre rive……mais ouf j’en viens (on parle en heure et pas en minute) 
Je marche à moitié endormit quand une fois le pont de Kerino dépassé une montée d’adrénaline monte subitement et je me mets à trottiner puis à accélérer et quand j’aperçois Marc, Francine, Franck, Yael, Jacky, je décide de regarder ma monter ou je suis à ..H27 et me donne à peine 3’ pour faire le tour du port en sprint pour finir en moins de ..H30. 
Je traverse le pont en marchant (holala la perte de temps quand on veut sprinter) et me voici dans un élan à courir comme une bombe à doubler les malheureux coureurs qui souffrent qui doivent me prendre pour une folle. 

Et je franchis la ligne heureuse d’avoir pus faire moins de ..H30 puisque je passe en ..H29 c’est juste ça qui me fait sourire car le chrono est très très mauvais puisqu’il indique 14h29……..c’est lamentable mais c’est comme ça et ça confirme que pour moi le long est finit pour un moment et bonjour la piste, le cross et les trails courts. 

Je parts embrassé Marc avec un passement au cœur car je suis heureuse pour lui et fière de le connaître car il est courageux. 
Et que dire de Francine qui a couru avec son entorse et mon fan club qui est la depuis la vielle. 
C’est avec joie que je pars manger un bout, prendre une bonne douche et partager enfin une bonne bière fraîche avec des personnes remarquables. 

Récits des courses

Voir aussi : Sans titre.jpg 
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
TouTrail News
Who's Online
10 utilisateur(s) en ligne (dont 3 sur Articles)

Membre(s): 0
Invité(s): 10

plus...